Assurer le succès d’un espace créatif

Cet article s’inscrit dans le cadre du projet Définition du parcours de formation des personnes aspirant à créer dans des espaces créatifs mené par Séverine Parent et soutenu par le Pôle régional en enseignement supérieur de Chaudière-Appalaches.

La première rencontre du projet a eu lieu le 17 janvier 2022. Elle a porté sur la vision des espaces créatifs et les obstacles à la création ou à l’accompagnement. Voici quelques idées tirées de réflexion lors de cette rencontre.

Par où commencer

L’engouement initial pour l’espace créatif est une chose, le maintenir dans le temps en est une autre. La présence d’imprimantes 3D et des machines CNC peut attirer une clientèle à la fois curieuse et initiée. Cependant, le temps de production requis pour utiliser ces équipements nécessite aussi d’offrir un espace où on peut stimuler la créativité de différentes façons. Pour faire court, il faut retenir les gens pendant que les machines sont occupées à travailler.

La vitalité de l’espace créatif sera à stimuler avec des méthodes simples, par exemple l’organisation d’ateliers (ponctuels ou récurrents) ou l’acquisition d’équipements qui permettent de créer plus rapidement ou encore d’expérimenter à plus petite échelle. Selon certaines personnes participantes à la réflexion, la découpeuse laser peut générer un achalandage assez important, vu les possibilités variées de la machine. Une presse à macarons est aussi un outil simple qui peut ajouter un côté ludique et amusant pour les jeunes – et les moins jeunes.

Développer des règles de vie pour l’espace créatif

Il semble important de définir la philosophie de l’espace à travers un ensemble lignes directrices. On y retrouvera d’abord une définition de la clientèle cible, du mode de fonctionnement et de l’offre de services. Il pourrait être intéressant de penser à définir les pouvoirs et responsabilités des personnes qui assurent la direction de l’espace et de coucher sur papier les principes pour assurer la saine gestion des lieux. On retrouvera notamment, dans un guide facilement accessible, les procédures et la distribution des tâches d’entretien des équipements, d’entreposage des projets et de maintenance des systèmes informatiques.

Assurer la pérennité de l’espace créatif

Pour assurer la pérennité de l’espace créatif, il pourrait être intéressant de créer une culture de collaboration et de s’assurer qu’elle soit bien ancrée. Développer un sentiment d’appartenance pourrait soutenir l’intérêt à fréquenter le lieu.

La culture du libre et du partage, notamment en éduquant les utilisatrices et utilisateurs aux principes du logiciel libre et des Creative Commons pourrait être nécessaire. Tous les projets, bien qu’ils soient souvent initiés individuellement, peuvent être considérés comme des réalisations communes. La réussite de chacun d’entre eux est l’affaire de tous.

Puis, des actions pourraient être faites pour réduire certains irritants de personnes utilisatrices régulières ou occasionnelles, par exemple en limitant les démarches d’accès aux outils et en ayant un inventaire de matériel prêt à l’usage. On peut aussi faciliter la prise en charge en utilisant la médiation (affiches, pictogrammes, vidéos) accessible à proximité des outils. Bref, quand on est prêt et installé, il faut pouvoir produire ou crréer.

Ajoutons aussi l’importance d’avoir du personnel, en plusdes bénévoles, dès qu’on peut se le permettre. En particulier, un Fab Manager dont l’importance est indéniable. Enfin, la place pour travailler, les outils accessibles et les heures d’ouverture adaptées à la clientèle ont été mentionnés. Ceci peut aussi se faire au moyen d’un calendrier d’activités régulières.

La prochaine rencontre portera sur l’apprentissage de compétences non techniques et leur mise en application.